H I S T O R I Q U E
=

ESSAI DE PRESENTATION en Ré-bus pare-foi & PETIT HISSE - TORIQUE

à l’intention et l’attention de ceux et celles qui peuvent disposer d’un moment de vie au cours de leur existence

… … … I L E T A I T U N E F O I S … … …

… Si donc vous avez un Moment … … … que je vous raconte Une « Petite Histoire » qui vaut bien la grande … Une petite histoire qui deviendra grande si Dieu lui accorde quelque délai, et lèze-ohms quelques hein !-terrés …

Une petite histoire que j’ai bien valu … et que depuis des milliers valent bien … Alors, Pourquoi Pas …VOUS ?

… … … et la « CHOSE » , Elle , le vaut bien … … …
et Puits le plaisir devenu si rare de lire autre chose que du factice défini en toutes terminaisons de (market) …ing

… … … des rudiments de l’alimentaire aux délices du culinaire … … …

… Uniquement réservé aux bons vivants réfractaires à cette bouffe qui refile la chiasse, qui rend fou et qui tue …

Les Ingrédients de notre histoire ? … : Rien que de très Naturel , à 100% … Le Soleil La Mer Le Vent … ... Et ... …
et ce qu’« ils » nous ont rapporté … il y a fort longtemps … par Galions entiers … entre autres richesses par trop ignorées d’un certain monde durant des siècles … … … « LES EPICES » … … … Et puis, et puis … Et Puits ... ...

L’Ile de Ré ……………………………………………… ( … … … ) ………………………………………………… Le Sel

… Bref , … Ile Eté-tunes foi l’ « HISTOIRE » ……La Grande … est là , … hélées petites … et … la Ré-à-lie-thé …
… … … Et les Miss-terre d’eux l’ Al’Chimie l’eau-cale … … …

… Bref, (Télé) com l’euh ! Die-Ré Pet-peint Leu !… Han! huns maux qu’hommes en sang …… : queue voie-scie han !-fins la « Ré-habilitation » Desmarets salant … ; hune TOTAL d’histoire(s) … … deux sons coi … … … …

de son Sel …………………………………………… ( … et … ) ………………………………. ……. de sa Fleur de Sel

Etc … … … Etc
… … … Et puis … … … Et puis … … …
( Nul n’étant prophète en son pays )

… Et puits … « LE FLASH ! ? !… » … le presque étonnement d’un stupéfiant constat … Cette sorte de Chose à laquelle toute une humanité n’aurait point pensé ?, et ne penserait pas vraiment …une Aberration telle … et qui dure depuis si longtemps … et si totalement … que, même mis en situation d’ « information » complète du secret de la Chose, certains humanoïdes, pourtant concernés au premier chef en cette matière, en cuisine comme à table comme tout un chacun, ne réagissent pas réellement, du moins pas en un temps raisonnablement raisonnable …

… Moi-même, quand fût ce temps venu, et après quelques chemins faisans pourtant …, j’eus quelques difficultés premières, dès l’abord, à cerner, puis à saisir l’étendue, à la fois des ténèbres de mon inculture en la matière … et du Problème qui, par définition , se posait ainsi à moi , pour finir par s’imposer, presque comme par l’effet d’une provocation de l’existence ou d’un fait exprès …

… … …La « chose » me parut alors si « grosse » que tout en m’interrogeant je crus bon de devoir essayer de me renseigner, et ce, à tant qu’à faire, de la façon la plus exhaustive possible.

Ainsi, un maximum de « contacts » seront établis et mis à contribution au titre du renseignement le plus complet,
mais de toutes façons, même le plus précis d’entre eux ne peut ni ne pourra effacer du présent et de ma mémoire, le simple constat du fait qu’effectivement la quasi totalité des gens d’Occident, pour le moins, n’utilisent alors, et encore et toujours du reste, au quotidien et en tout et pour tout … … … qu’1 (un) seul sel, et quel sel !…, sel que je ne citerais donc pas dans ses « noms et renoms d’emprunt », tant il n’est plus depuis si long temps que l’ombre ( et non le soleil ) de lui-même …, et … et 1 (un ) seul poivre … … …

Et dès lors , une « Evidence » ( ?…) de Première Question , et jeux d’ire-hait m’aiment plus , Dumas-nie-tait … alors que par ailleurs on « mélange » si peu ou tant de choses , depuis si longtemps et si mal parfois … voire que l’on démélange tout ce qui se peut et de façon plus mercantile encore que justifiable , du yogourt aux rillettes en passant par les vaches qui ne rient presque plus , etc … Et même le genre dit humain ! … … … etc … … … Etc …

… … … Question …… … ( qu’elle est bonne celle-là aussi, même posée et pratiquée à l’indice de la dynamique du grosso modo ) … … … : Comment se fait-il que depuis plus de 2000 Ans après Judas, et les autres … … … et plus récemment au pire dirons-nous depuis le XIX ème (19éme) Siècle finissant … « ON » ( sans doute à 90% à peu de choses près ) en soit encore à « bouffer », de la cuisine à table …, comme d’ailleurs dans bien d’autres endroits et de biens des façons, voir jusque dans les grands restaurants avec, à Table … 1 ( seul ) sel … et le plus souvent du sel « mort » … et 1 ( seul ) poivre … parent-foie les deux en-sang-bleu … … … , alors que depuis plus d’un demi millénaire ( = + de 500 Ans ) … … … , tout au moins selon les plus récentes informations dont certaines officielles , et en tous cas comme enseigné dans les plus Grandes Ecoles – comme dans les plus petites … … … … : LES « EPICES » ENTRE(RAIE)NT EN OCCIDENT … … , … …en chameaux, en bateaux, en auto, etc

… Il est vrai qu’en matière(s) de Cuisine(s), et plus particulièrement celle proche de nos dernières générations … … par exemple, depuis cette fameuse Affaire Criminelle d’Etat dite de « La Poule au Pot » …, l’HISTOIRE … … la vraie, celle de « LA FRANCAISE DE BOUFFE » , nous a appris queue(s) poin(G.T.S) trop n’en fallait … … ni trop … ni trop vite … « donner »…, et encore moins donner à penser au commun des mortels … … …

… … … que(u(e)s) … … … … … … ... !…………………………………… ?………………………………… !

… Qu’… Han!… effets … et c’est déjà là , à ce jour du moins, l’essentiel de la leçon à « réserver » de toutes ces petites histoires qui n’en n’ont pas moins fait quelque part la grande … : « pousser le citoyen de base dents des aventures gustatives d’un goût sinon goûteux », du moins … ( comme dirait un célèbre Tourne-sol Pro-fait-Sir ) … du moins disait-il … : « révélateur » …, et, il en dirait même plus … : … « dangereusement révélateur » …, comporte un risque …, Un RISQUE … toutes définitions confondues …

… Car comme chacun sait, ou peut savoir, le bon, voir le très bon, voire l’excellent, ça développe les papilles… de gré ou de force …, il y a donc quelque part quelque(s) incidence(s) provoquées au cerveau, et parfois même si d’aventure certain(s) en étaient réduits à ce piquet au jeu …et je dirais même plus, à se piquer Ojeu, fusse d’aussi peu que ce soit, ils pourraient bien en devenir tellement plus « bête », que toujours au chapitre du « risque majeur ils pourraient bien en devenir par l’effet de quelque logique quelque peu … lucide … et donc eh!oui, intelligents!

Et, la « lucidité », additionnée, … … … ( même pour un temps très court, ce temps étant toujours et entre autres, qu’il le veuille ou non, le temps, qualifié d’historique, ne fusse que par l’effet de la moindre définition que l’on en fît ou que l’on en fasse ) … … …, additionnée donc disais-je … à l’« intelligence », d’un temps, et, ou, à la bêtise, de toujours … … …, les grands esprits toutes définitions confondues, vous le diront tous … : ça s’appelle une révolte, que dis-je, mes(tristes)sires, une révolution ? !…, et je dirais même plus, quand les sires sont un peu trop tristes et les intelligents un peu trop bêtes, une révolution de Révolution … en huns maux … une république

… … … Mais là déjà, ou encore et toujours, nous entrons deux pleins pieds dents la GRANDE, histoire … … …

La Grande victoire de la république sur la monarchie, comme chacun(e) sait, et quelqu’en soit la cuisine que l’on sans fi ou qu’eux longs sans faces résidant essentiellement dents l’euh ! fée d’être Quasimodo passé dans le futur du présent d’alors, et sans faillir, du bon gros sel naturel de nos marais salants, à divers autres trafiqués à souhait, bassesse oblige … … … , il est vrai assortis peu à peu alors d’un … épice … … … appelé « poivre » …

… Pourquoi celui-ci d’épice , et point un autre … , mon inculture m’interdit de railler de quelque trait que ce soit
… Ainsi toujours pas d’utilisation courante au quotidien, pensée, « démocratisée », de ces épices entrant pourtant sur l’ensemble des territoires de l’Occident depuis des siècles . Et utilisés par « Ailleurs » depuis des millénaires

… Même quand on mettra Allah porte, fût un temps, avant qu’ils ne reviennent par la fenêtre, des tas d’infidèles d’un dieu, on ne prendra pas conscience de ce grand problème humanitaire d’autres tas d’infidèles d’un autre…,

Et ce qui vaut en matière(s) de Cuisine à ingérer valant celles de cuisines d’ingérences tous azimuts cons-fondus
… même lorsque nous irons à notre tour les emmerder chez eux, tellement ils en viendront à nous manquer, et ce sans passer par la porte ou par la fenêtre, à l’aller comme au retour, nous n’en prendrons pas pour autant modèle de leurs meilleures pratiques au point de les ramener chez nous … … … Ou si peu … … …
Et ainsi de suite le peu à peu de l’Histoire se fait et se défait … c’est le lot de toute Selle Inconnue de l’Humanité

Ainsi en va-t-il de cette « Histoire par omission » , dite civilisation , comme d’un tas d’autres, et si l’on veut bien se donner la peine de bien vouloir faire l’effort de constater qu’elles sont de fait - intimement - liées, on découvre alors Oh !…TOTAL la grande, d’histoire, sous un angle tout autre … … …

Ainsi, grosso modo mais vraisemblablement, dès qu’ils se sont trouvés à deux sur le même mètre carré, l’homme à mangé (de) l’homme, [ le (de) c’est pour ceux qui rognaient, qui léchaient, mais n’avalaient pas …les os ], puis la bête vînt, le bouffer, avec ou sans os…plus performante et moins gaspilleuse la bête ; résultat, l’homme bouffa de la bête et devînt un peu beaucoup passionnément alla folie un peu bête, et ne cessa de se perfectionner dès l’or
… Et il n’en fallu pas moins de la trouvaille d’une théorie encore fumante sur l’évolution … dite des espèces en l’occurrence, pour que l’on se rende compte que l’homme, dents sa chair tout os moins …ne s’étant pas bonifié à souhait et à temps, était tout bonnement devenu quasi impropre à la consommation, fusse cette dernière courante, et que donc , de ce fait, c’est bien l’espèce animale qui aurait du trouver le principe de l’accommodement du met humain en cuisine , et non l’inverse, à défaut de quoi … … … il allait lui en cuire … … … Allah-nie-mal !… …

…Vous l’aurez compris, votre « Serviteur » est un instable, comme tout ce que nous sommes et qui nous entoure

… Vous l’aurez compris, je ne suis pas un écrivain … je ne sais donc pas écrire … je n’ai même pas un niveau d’instruction avouable … d’où parfois mes dérives au Ré-bus , à défaut d’utilisation de fautes d’orthographe …

…Vous l’aurez compris, je ne fais rien comme d’autres, je ne « construits » pas un site Internet, là aussi j’innove
malgré moi, m’interdisant tous les soi-disant éléments-arguments de la recette publicitaire-ment correcte, et donc le plus souvent commerciale-ment incorrecte quant au principal, à savoir « le produit » …

… Vous l’aurez compris , dans le droit fil de ma démarche artisanale , et de l’authenticité et de la qualité de mes produits 100 % naturels, tant sur le fonds que dans la forme complets et équilibrés, et contenants un maximum de principes actifs préservés et conservés , c’est un clin d’oeil appuyé de quelque trame de blague, quelque chose de très personnel que j’adresse le plus souvent à qui le veut bien … , le tout pas moins vrai et sérieux … , et non une « technique de vente » destinée le plus maréchalement du monde à le tromper précisément … le monde …

Et donc pour « les historiques », je vous conseille les nombreux ouvrages auto-risés et moto-risés du commerce.

Ensuite, il convient de démythifier, comme le plus souvent nécessaire, entre les différentes fonctions et capacités à « produire » ceci ou cela … Entre le faux folklore et l’arnaque et le simple travail honnête de l’artisan … … …

… Bref, comme dirait Pépin Le … ne pas informer en désinformation, ne pas laisser certains tout mélanger pour d’autres, et mieux les perdre et les piéger ainsi dans cette version « des agneaux en grande transhumance », style visite guidée ou téléguidée, estivale ou pas. Je ne fabrique pas de produits qui caressent dans le sens du ou de la poêle le gogo maladroitement snob et en manque de complément de personnalité … je fais dans le 100% naturel dans le vivant , dans l’olfactif dans le gustatif , dans l’équilibre et la santé de cet infime maillon de la chaîne dite naturelle de cette Nature que nous détruisons tant et qui pourtant nous donne tant encore Allah demande

…Ma véritable démarche se résume depuis des années et encore à ce jour au « FLASH » du stupéfiant constat de cette totale carence en matière de produits composés, et à composer à partir du Sel et des Epices, Herbes, Algues et autres richesses de Dame NATURE … Un passionnant cheminement … Un véritable accouchement « tardif »

Le Sel …La Fleur de Sel … Les Epices… Les Herbes …Les Algues … les Fruits et Légumes… les fleurs … Etc
+ Le tour de main, d’esprit et d’âme = Tout un Bouquet de produits Sel-Fleur très Nature = Une gamme à suivre

Je fabrique seul , à « façon » , à l’ancienne , tout à fait artisanalement , sans aucune concession au seul paramètre commercial . Je produits selon des procédures , formules et autre méthode de réflexion que seule essentiellement Dame Nature à bien voulu m’inspirer en tant que son humble ouvrier
Le plus grand crime que je commets est d’abord de fabriquer un produit , au mieux de mon imagination et de ma fort modeste compétence , et ensuite seulement de l’accommoder d’un prix si possible acceptable par la personne salariée ( ou non ) disposant d’un budget des plus humble

Ainsi, dès le tout début de la production, les prix de mes produits finis ont été calculés en fonction d’une archive d’enquête relative aux mœurs alimentaires de nos concitoyens qui établissait , d’une part le quantitatif moyen de consommation annuelle d’un couple type à hauteur d’environ 2 kgs de sel fin – poivre – herbes – épices - safran – et divers - au global sur ce registre-là (achats comptabilisés en grandes surfaces) , d’autre part le budget moyen annuel donc s’établissant lui à hauteur d’environ 250 à 300 francs ( enquête datant d’une dizaine d’années – nous sommes à ce jour en 2002 ) , je passe sous silence ici le rapport qualitatif laissé à la discrétion du consommateur

Pour information comparative , je laisse aussi à l’analyse de tout un chacun(e) le soin de déterminer le coût de sa
propre consommation , ne serait-ce qu’en fonction des prix de vente, notamment des contenants « mini-bocaux » d’épices – d’herbes etc , en valeur moyenne et pour de fort petites quantités contenues affichant des prix de vente allant à peu près de 2 € … à … 6 € … et pour autant que cela donne ensuite vraiment quelque chose en goût dans l’assiette à terme , voire le jour-même de l’achat… et du prix d’un gramme de safran par exemple … quand il est vrai … le safran !… etc - etc … et là nous ne parlons ni de la fleur de sel, ni de la main d’œuvre entre autres pour en arriver à un produit fini si possible de qualité, et pourquoi pas de très grande qualité pour un budget semblable

Or ce que je vends est prêt à l’emploi pour une utilisation instantanée par n’importe quel professionnel ou simple particulier ... Un simple geste de « pincée(s) », tout comme avec son sel-poivre traditionnel (à bannir de la table), suffit à ce faire. Les produits entrants dans les diverses compositions étant de toute première qualité vous réalisez au total une économie d’argent et de temps à l’achat comme à la fabrication en cuisine, avec en sus un réel grand « Plus » de qualité .

De fait , il n’y a aucun exploit en la matière , j’ai « flashé » il y a un certain nombre d’années sur un constat aussi aberrant que déroutant , celui de l’un de ces faits de base au quotidien , tellement ignoré de presque tous et toutes dans ce qu’il aurait pu avoir d’essentiel depuis si longtemps qu’il en est devenu , et à ce jour encore ,une sorte de mœurs très ordinaire , de bien piètre automatisme confinant à l’habitude pour ne point dire à l’accoutumance …:

Je veux dénoncer là cette déplorable multiplication d’usage et du geste coutumier de la pincée de ce sempiternel « Sel-(industriel) & Poivre » , à Table comme en Cuisine , alors qu’il existe depuis des temps immémoriaux de véritables merveilles dans la nature, et qu’un certain nombre de sublimes Fadas de l’Histoire ont conjugué depuis des siècles et le plus souvent au péril de leur vie d’ici-bas toutes leurs folies pour nous en rapprocher entre autres par galion interposés … Mais nous revenons sur ce point à la rubrique intitulé … … : « LES PRODUITS »

En attendant , et pour tous ceux et celles qui n’auraient point vraiment assez de temps pour lire l’ensemble de ces quelques lignes , ou celles d’autres chapitres … , avant et après tout uniquement destinés à leur information en la matière …, sachez que si mes produits sont parfaitement utilisables et utilisés par un certain nombre de cuisiniers professionnels de tous poils et autres artisans de l’alimentaire, ils le sont et peuvent l’être de simples particuliers, et plus particulièrement par les plus novices d’entre eux précisément parce que pratiquement tout ce qu’ils auront à faire sera de mettre une ou plusieurs pincées de tel ou tel autre de mes produits dans quelque cuisine du Monde que ce soit , et dans quelque cas de figure culinaire que ce soit ( à chaud , à froid , cru ou cuit , viande – poisson – légumes – œufs – fromage etc … , avant – pendant – après ... ) . Bref, ce qu’on veut, quand on veut, comme on veut, et avec ce qu’on veut, une sorte de totale sans avoir à cuisiner la plupart du temps car tout le gros du travail est déjà réalisé dans les différents produits eux-mêmes …

Des produits à « tronc » commun, car toujours contenant un « Sel Complet » à base de sel(s-gros-fin ou les deux)
additionné de fleur de sel ainsi que d’un grand - voire un très grand nombre - d’épices – herbes etc … , ce qui les rend au final utilisables aussi bien individuellement que miscibles entre eux . La Cuisine , Un Vrai Jeu d’Enfants.
… Des enfants qui grandiront de leur cuisine, cette action vitale de notre existence de « bête devenue humaine » en mangeant de la bête , parfois bêtement … très bêtement … trop bêtement même …, et tout ça pour ne pas être mangé par Elle… Au fait, aurions-nous vraiment pensé à en manger si elle ne nous avait pas mangé en premier ?
Une Histoire de : … … … UN PEU … … … BEAUCOUP … … … PASSIONNEMENT … … … A LA FOLIE … …

 

© 2003 " Le Puits A Sel " - 1, rue du Petit Marché BP 82, 17410 Saint Martin de Ré
Téléphone, Fax, Messages : MAGASIN > 05 46 68 79 61 / LABORATOIRE > 05 46 50 80 53